La médiation familiale

La médiation familiale

"La médiation permet de construire une société sans violence. Il faut vraiment penser à un changement des paradigmes dans la gestion des conflits. Il faut sortir d'une logique judiciaire au profit d'une approche basée sur la restauration du lien à soi et aux autres."

Marc JUSTON Président du TGI de Tarascon

 

La médiation familiale intervient dans les situations de difficultés de communication, de conflit, de rupture, lorsque la relation entre parents demande un réajustement. Par la prise de conscience des processus de conflits, les objectifs de la médiation visent à apaiser les problématiques de conjugalité ou de relations intrafamiliales, et permettre aux parents d’exercer leurs rôles et fonctions parentales.

 

Ils se déclinent suivant les problématiques familiales en divers axes opérationnels :

.que l’on soit en couple homosexuel, hétérosexuel, famille monoparentale etc… il peut être important de faire le point sur la situation familiale.

Que l’on ait des enfants ou pas il est possible de rencontrer un médiateur, chacun peut dire ce qui le met en difficulté dans cette relation. On peut parler des situations de crises passées, de la communication devenue difficile, des conflits répétitifs. La médiation peut être menée quel que soit la configuration familiale.

 

  •   Aider au maintien des relations parents/enfants dans les situations de crise ;

  •   Soutenir le partage des responsabilités parentales en tenant compte des besoins de l’enfant ;

  •  Permettre à l’enfant d’avoir sa place dans ce processus en étant un acteur à part entière ;

  •   Restaurer les liens entre enfants et parents, et/ou grands-parents, séparés ;

  •   Préserver à l’enfant sa place d’enfant au sein de la famille ;

  •   Aider à l’organisation matérielle et pécuniaire inhérente à une séparation.

Aussi, le médiateur familial propose un cadre non violent, non jugement, neutralité, impartialité

  •  Une action de médiation familiale auprès des couples en situation de conflit ou de rupture en vue de faciliter les prises de décisions et les modalités concrètes de séparation ;

  • Un soutien à la parentalité pour conforter et confirmer les parents dans leur rôle et soutenir une entente parentale malgré les conflits d’ordre conjugal. Si elle est souhaitée et nécessaire, la présence de l’enfant peut être envisagée au cours de la médiation avec le couple.

Les séances de pré-médiation

Un premier rendez-vous d’information sans engagement, seul ou à deux est proposé pour :

- S’informer sur ce qu’est la médiation familiale et son déroulement :

Faire le point sur la situation familiale et conjugale

Qu’elle soit spontanée ou judiciaire (juge aux affaires familiales, juge pour enfants…) la médiation doit toujours être une démarche volontaire, la médiation peut être interrompue à tout moment..

Evaluer la demande et les besoins de chacun

- Réfléchir ensemble aux questions à aborder, le cas échéant réfléchir ensemble à comment donner envie à l’autre parent de venir en médiation familiale et l’intérêt pour chacun d’être présent et d’écouter les informations sur la médiation familiale.

Le médiateur s’assure de la pertinence de la médiation et de son adéquation avec les difficultés que rencontrent les parties.

Nous faisons une évaluation de la situation et nous pouvons adresser vers d’autres professionnels si besoin est.

Après avoir reçu l’accord de chacun et si chacun s’engage dans le processus de médiation, les séances peuvent être organisées chaque séance dure 1H30,

les séances se déroulent sur une période de 3à 6 mois

Si les parties parviennent à des accords un écrit peut être rédige. Il détaille les points d’entente pour le présent et l’avenir. L4écrit doit être en conformité avec les textes de lois.

Les avocats peuvent être présents pendant les séances mais ce n’est pas obligatoire.

 

La place des  enfants en médiation familiale

Nous accompagnons les parents à se parler et/ou à séparer sans rompre le lien familial des enfants avec un des deux parents. Nous souhaitions mettre l’enfant au cœur du dispositif et partir aussi de ses besoins.

Aussi les objectifs sont de :

  • Permettre aux parents avec leurs enfants de se  parler  ensemble de ce qui se passe

  • Permettre avant la décision d’un juge que des liens entre l’un des parents et son enfant ne se délitent pas.

  • - Aider les parents à développer des compétences pour intégrer l’enfant en médiation et tirer le meilleur parti de cette approche pour responsabiliser les parents. 

  • - Favoriser l’expression de l’enfant à travers le dessin, le jeu, la parole lors des entretiens individuels et familiaux 

  • - Aider l’enfant à exprimer ses besoins, ses plaisirs, ses difficultés et ses préférences lors de l’entrevue familiale 

  • - Favoriser l’apprentissage de techniques efficaces incitant les parents à mieux prendre en compte les besoins de leur enfant Développer les compétences parentales

 

La question des enfants

Les problématiques rencontrés en médiation se trouvent à l’intersection du couple conjugal et du couple parental. Chaque fois que s’inscrivent dans le lien parental les conséquences du lien conjugal, la parentalité est affectée et peut être source de soufrance pour l’enfant .

L enfant est au cœur de mediation : Être parents ensembles …et séparés, paradoxe de la médiation familiale

Les enfants ont besoin de garder des liens avec leurs deux lignées. Pour Annie Selleron-Porcedda, les médiateurs s’investissent symboliquement dans ce droit de l’enfant. Le travail avec les parents sur leurs rôles et fonctions y contribue.

Se séparer ne cesse de se compliquer et le rôle du médiateur, dans cette situation de crise, est d’introduire cette indispensable notion de co-parentalité.

Le processus de médiation familiale sollicite les parents pour qu’ils demeurent « ensemble et séparés »

Dans la médiation, les parents se préparent à une autre façon d’aborder la séparation parce qu’ils vont se centrer sur leur enfant.

De facon recurente, les parents se questionnent sur les effets de la séparation sur les enfants et sur la façon dont on peut l’annoncer

Si l'enfant pose la question aux parents : "Pourquoi voulez-vous vous séparer ? Comment lui expliquer la situation avec des mots simples ? Il faut que chaque parent s'autorise à être le plus naturel possible et à utiliser les mots qui sont les siens. Le 2 e point c'est de toujours rappeler à l'enfant qu'il n'est pas responsable de la séparation et qu'il ne peut pas décider. Enfin, il est nécessaire de lui donner des réponses très concrètes. Un divorce déstabilise fortement la famille, et il faut expliquer à l'enfant comment ça va se passer, où il va habiter, le rassurer sur son réseau social (est-ce qu'il va changer d'école ou pas, continuer ses activités extrascolaires). La résidence des enfants est une question souvent conflictuelle.

Les enfants réagissent de façon différente à la séparation de leurs parents, en fonction de leur âge, de leurs besoins, de l'étape de leur développement psycho-affectif.

Différentes questions se posent quant aux effets négatifs de cet événement familial sur leur comportement. Des études démontrent que ce n'est pas tant le divorce lui-même qui entraîne des difficultés chez les enfants que la façon dont il se déroule. Les comportements des enfants sont divers on peut retrouver un sentiment d'abandon, de la culpabilité, des fantasmes de réconciliation, un conflit de loyauté ou ils peuvent "porter" leurs parents par un comportement de parentification,

Que faire de la parole de l’enfant : comment l’aider à sortir du silence ? Et trop souvent en médiations on parle de l’enfant mais sans lui. A quel moment il a sa place, A quel moment on peut lui parler, lui expliquer ?

Nous savons bien combien l’enfant est concerné par ces situations conflictuelles, ces dysfonctionnements, et combien l’écoute, la prise en compte de "sa parole" est complexe, demande des compétences très particulières et nécessite la définition d'un cadre précis.

Il est important de prendre le temps de pouvoir “décoder” les besoins des parents afin de proposer l’accompagnement le plus judicieux et permettre à la parole des enfants d’être accueillie dans un espace qui lui soit spécifique.

Et s’il est nécessaire de laisser l’enfant en dehors de ce conflit, par respect pour son statut d’enfant, il faut à un moment lui donner un temps pour l’écouter et lui expliquer.

Le médiateur (formé à la thérapie familiale) propose d’être tiers dans ce temps et des parents s’en saisissent.

PASCAL ANGER

FORMATION UNIVERSITAIRE PARIS 8 EN PSYCHOLOGIE ET EN SCIENCES DE L’EDUCATION

PSYCHOTHERAPEUTE FAMILIAL ET DE COUPLE

MEDIATEUR FAMILIAL DE

SEXOTHERAPEUTE

INSCRIT AUREGISTRE NATIONAL DES PSYCHOTHERAPEUTES

PASCALANGER.FR : http://www.pascalanger.fr/

ADRESSE 222 RUE DES PYRENEES 75020 PARIS

TEL 0143480995/0689431179